20/09/2013

S'ÉMOUVOIR

Mercredi soir s’est tenu le vernissage de l’exposition de Gilbert Garcin, dont les photographies constituent la ligne de communication de la Comédie cette saison.

C’est au studio Claude Stratz, au 1er étage de la Comédie que le public peut, jusqu’au 18 octobre, admirer une partie de l’œuvre de Gilbert Garcin qui a eu la particularité de commencer sa carrière de photographe à l’âge de la retraite.
Questionnant des thèmes fondamentaux, comme « le temps qui s’écoule, la vie qui fuit », le photographe se met en scène dans des photomontages qu’il réalise sans intervention informatique. C’est sûrement là une des clés du charme du travail de Gilbert Garcin, son approche manuelle et artisane. Ce qui émeut, ce sont les situations, souvent ironiques et universelles, dans lesquelles se retrouve son personnage : Faire de son mieux, Le désordre interdit ou Au fil du temps. L’œuvre de Garcin prend en partie sens et force dans le titre des photographies. Ce sont ces titres avec les images qui amplifient le côté absurde de certaines situations. Garcin pourrait être un personnage beckettien et rencontrer Winnie au détour d’un monticule.
Comprendre ce qui nous touche chez un artiste ou une proposition n’est pas évident, d’autant plus qu’il s’agit de notre émotionnel, celui que l’on peine à raisonner. Le plaisir vient également avec une approche intellectuelle chez certains d’entre nous. Cet aspect est plus facile à détecter, décrypter, mais qu’est-ce qui nous émeut et comment ? Charlotte Rampling qui s’empare des mots d’une jeune poétesse dont la vie ne pouvait contenir le besoin de grandeur ? L’interprétation investie des œuvres de Benjamin Britten par Sonia Wieder-Atherton ? Le souffle qui s’échappe du corps de la musicienne lors de moments intenses d’interprétation ? Les yeux brillants de la comédienne lorsqu’il n’y a plus d’espoir dans l’écriture de la poétesse ? Le rythme de la parole ? L’impossibilité d’être au monde ? Jean-Louis Hourdin a dit : « Le théâtre est le lieu qui nous permet d’être tout seul, tous ensemble ». C’est sûrement cela aussi qui émeut, la capacité de l’être humain à se rassembler.

Tatiana Auderset

Aucun commentaire: