16/10/2013

SIEGFRIED, NOCTURNE PAR MORGANE

Pari plutôt réussi pour le Wagner festival, Siegfried, nocturne livre un remarquable hommage au compositeur en donnant un coup de jeune à son héros mythique.


© Marc Vannapelghem

Transposé dans le chaos de l'après guerre, Siegfried erre, dans les restes de la folie nazie, cherchant désespérément un point d'ancrage : le Rhin.
Avec une simplicité déconcertante, la mise en scène permet aux spectateurs de se projeter dans ce monde ravagé: un seul acteur, un décor épuré, un orchestre sur scène qui sait se montrer puissant et discret à la fois...


Grand coup de chapeau à Bo Skovhus qui doit pouvoir émouvoir même les plus hermétiques à la langue allemande. On entre aisément dans la douleur et l'incompréhension de Siegfried devant cette Allemagne détruite, elle qui était si prometteuse.
Petit bémol pour la musique : extrêmement bien accordée à l'ambiance lourde du texte, elle ne m'a cependant vraiment pas été agréable à entendre. Dommage pour moi qui espérais goûter à un peu de Wagner!
C'est dans un sentiment mitigé que je quitte donc le théâtre. Bonne pièce mais à l'opposé de mes attentes, j'espérais plus de plaisir musical. Un spectacle à aller voir de bonne humeur car il ne laissera pas indifférent et fera cogiter un long moment sur le rapport étroit entre les créations et les destructions de l'Homme.
Morgane Delattre

Aucun commentaire: