16/12/2013

AMPHITRYON PAR STEPHANIE

                                                                                                                        © Marc Vanappelghem 

Ce qui manque cruellement à notre époque, c’est la capacité à trouver de la drôlerie dans les situations les plus tragiques. C’est ce que Molière avait réussi à restituer avec Amphitryon. Dans cette pièce, la confusion identitaire des personnages est mêlée à des scènes comiques où l’on voit, par exemple, Sosie répéter son texte et feindre un dialogue entre lui et Alcmène.

Juan Antonio Crespillo, interprète de Sosie, joue à merveille une torture burlesque causée par un quiproquo.
 
Je n’ai pas été particulièrement impressionnée par le décor simpliste. En revanche, les costumes et certains éléments étaient représentatifs d’un décalage entre les époques propre à faire rire. En effet, l’arrivée de Mercure sur un tapis roulant est ridicule et c’est par le grotesque qu’elle éveille les rires des spectateurs.

Certes, si on va voir Amphitryon afin d’assister à une pièce intellectuelle et bouleversante, il vaut mieux ne pas dépasser le seuil de la Comédie. Mais si on veut rire et se laisser emporter dans une parenthèse légère, on n’hésite pas une seconde de plus.

Stéphanie Barbetta

Aucun commentaire: