27/01/2014

OEDIPE ROI PAR MARION

Cette pièce fut moins surprenante qu'Ajax. En effet, on y a vu ce à quoi on s'attendait : l'histoire d'Œdipe une fois devenu roi ! L'histoire était cohérente, mais certains points furent à mes yeux décevants.
Premièrement, la mise en scène. Lorsque les personnages d'une scène étaient présents, les autres déambulaient en fond de scène avec une lenteur déconcertante. Ce sont donc les personnages en fond qui attiraient mon œil rendant la pièce peu dynamique. Ces déambulations créaient un effet hypnotique. Je n'ai pas compris pourquoi ces personnages ne sortaient pas de la scène lorsqu'il n'y étaient pas nécessaires. Des changements de rythme auraient été intéressants et plus attrayants. Les acteurs auraient alors capté mon attention plutôt que de m
e fatiguer.
 

 © Frank Berglund
Ensuite, le jeu des acteurs. Autant, j'ai trouvé la voix des chanteurs très belle et leur façon de parler intéressante car elle donnait un effet d'écho, autant le jeu de la femme d'Œdipe ne m’a pas convaincue. Je sentais une mécanique des mouvement et des paroles, rendant le texte peu fluide. Le jeu d'Œdipe était plus dynamique, mais ce dernier parlait toujours dans la même direction, à savoir face au public, cela ne semblait pas naturel.

Puis, le chant. Comme dit précédemment les deux chanteurs avaient de très belles voix et une vrai capacité dans le monde du chant. Mais pourquoi donc l'un des deux avait-il un micro ? Cela créait des interférences et à certains moment, nous ne comprenions pas ce qu'il disait (trop proche du micro, volume de la musique trop élevé,... ?). Je ne doute pas de ses capacités vocales et je pense sincèrement que le jeu aurait gagné à ne pas utiliser de micro.

Enfin le décors. Celui-ci au premier abord était étrange. En effet, il n'était constitué que d'un tableau représentant le ciel et d'une corde autour du cou de la femme d'Œdipe. Mais ces deux éléments de décors se sont révélés par la suite des symboles. En effet, le tableau s'est défait lorsque Œdipe réalisa qui il était en réalité, sa propre destruction commençait
. Et la corde autour du coup de Jocaste montrait la destination finale de cette dernière, à savoir la pendaison.

Cette pièce était cependant intéressante et j'en ai apprécié l'histoire. Beaucoup moins surprenante qu'Ajax, cette pièce était bel et bien une tragédie comme annoncée dans le résumé du fascicule de la Comédie, ce qui induit que nous ne restions pas sur notre faim.

Marion Gendre

Aucun commentaire: