16/04/2014

ON NE BADINE PAS AVEC L'AMOUR SOUS LES F16

Hier le Jihad islamique a envoyé plus de 50 roquettes sur Israël. Les roquettes sont tombées dans le désert. Vers 18 heures, le Hamas évacue toutes ses casernes. Liberman déclare dans la soirée qu'Israël va réoccuper la bande de Gaza, Netannyahou assure que la réplique sera très forte. Nous retenons notre souffle. Il pleut à verse. Du troisième étage on voit le ciel rouge et la mer noire. Un orage secoue la ville. Puis d'un coup la nuit se déchire. Les F16 de l'aviation israélienne foncent sur la banlieue de Gaza et frappent surtout le camp de Beit Hanoun d'où sont partis les tirs. Les blindés postés à l'entrée de la bande pilonnent les camps à leur tour. Je ne sais pas comment j'ai dormi. Mon ami Ziad est venu me chercher et comme tous les gazaouis, Ziad rigole sous les bombes. J'arrive au campus, il fait vraiment froid, les allées sont inondées. Dans la grande salle du département de français, mes étudiants font grise mine. 
- Monsieur c'est une catastrophe !
- Je sais il parait qu'il y a eu trente sorties des F16
-  Non, c’est pour Alfred de Mussset
- Je ne comprends pas 
- Les F16 c’est rien, c’est normal,  on parle de la scène de la fontaine, quand Perdican rencontre Camille, on a trop coupé dans le texte. On n'arrive pas à jouer la scène. 


Gaza 13 mars 2014 Mohamed Kacimi

Aucun commentaire: