12/11/2014

CONTEXTE

Né le 9 janvier 1929, Heiner Müller a grandi en Saxe et dans le Mecklembourg, puis s’est installé à Berlin. Il a assisté à la naissance de la République démocratique allemande, à la nationalisation des usines et à la collectivisation des campagnes. Il débute au théâtre en 1958, avec L’homme qui casse les salaires, qu’il rédige en 1956. La pièce est plutôt bien accueillie par la critique qui l’envisage comme une pièce « de la production » (le théâtre se devait alors de participer à la construction du socialisme, en montrant les progrès de l’industrie, l’efficacité des réformes dans l’agriculture, l’enthousiasme de héros positifs) En 1991 pourtant, Müller dira considérer cette première œuvre comme l’image d’une « maladie, la naissance d’un état malade dès sa naissance. »

C’est par La Déplacée ou la vie à la campagne, que vient la mise au ban de Heiner Müller en RDA. Nous sommes en 1961, le mur de Berlin vient d’être construit. La pièce – une chronique de la collectivisation en forme de comédie, qui se penche sur les contradictions entre les discours et la réalité – est interdite aussitôt après la première représentation. La troupe est sanctionnée, Müller est traité « d’ennemi de l’État », de « Beckett de l’Est », de « réactionnaire ». Ses manuscrits sont confisqués. Il est exclu de l’Union des écrivains.

Après une longue traversée du désert, Ruth Berghaus et Benno Besson œuvrent à sa réhabilitation. Mais en 1972, son adaptation de Macbeth, publiée dans la revue Theater der Zeit, déclenche à nouveau une vive polémique. On le taxe de « pessimisme historique » – le critique brechtien officiel Ernst Schumacher ira jusqu’à le qualifier « d’inhumain ».

C’est dans ce contexte éminemment tendu que Heiner Müller effectue en 1975-76 un voyage de neuf mois aux États-Unis. Pour Jean Jourdheuil, ce séjour est « inespéré ». Heiner Müller y rencontre de nombreux germanistes, et est invité à la création mondiale de sa pièce Mauser à l’université d’Austin, où il est « professeur invité ». À son retour, il achève d’écrire Vie de Gundling Frédéric de Prusse Sommeil rêve cri de Lessing et écrit Hamlet-machine. En RDA, on tente dans ces années-là de renouer avec la figure de Frédéric II monarque des Lumières. Vie de Gundling Frédéric de Prusse Sommeil rêve cri de Lessing, par sa forme et sa dimension satirique, est alors clouée au pilori. Vie de Gundling Frédéric de Prusse Sommeil rêve cri de Lessing et Hamlet-machine seront interdites pendant une dizaine d’années.

Hinde Kaddour

Aucun commentaire: