02/03/2015

UNE FEMME

Une Femme a des allures de conte cruel, de légende. C’est l’épopée intime d’Élisabeth, qui part à la rencontre de son passé. Passant de chambre en chambre, elle retrouve une amie, son mari, son père, ses enfants... Il est question de perte, de deuil. De souvenirs qui hantent, de fantômes familiers. Rien de désespérant, rien de noir pourtant dans ce texte. Les personnages y sont aussi terribles que sublimes, aussi énigmatiques qu’attachants.




© Christophe Raynaud de Lage

Avec Une femme, nous vous proposons d’aborder les thématiques de l’abandon, du temps, de la maladie et de la mort et d'évoquer la démarche d’un auteur du XXe et XXIe siècle, afin de comprendre les mécanismes d’écriture et plus généralement, les procédés de création artistique.


Philippe Minyana, dit que « l’intérêt pour l’artiste, c’est de prélever dans le réel, de le délocaliser et le reconstituer autrement. » C’est ainsi qu’il part de sujets quotidiens, « banals », afin de rendre compte par une écriture crue, d’une réalité transcendée par le regard de l’écrivain avec des mots, qui tels « des  muscles donnent le statut à la parole ». Car en tant qu’auteur de théâtre, Philippe Minyana a bien évidemment toujours le souci de l’oralité de son texte, du « bruit » qu’il va produire et avec lequel le comédien va travailler.

Aucun commentaire: