10/04/2015

PROCESSUS KAFKA



Si le livre que nous lisons ne nous réveille pas d’un coup de poing sur le crâne, à quoi bon le lire ?
Franz Kafka


« Kafka est sans doute l’un des premiers écrivains qui ait compris qu’il ne suffit pas de décrire la domination ni de la condamner pour y mettre fin. Parce qu’elle est reproduite, reconduite, endossée et incarnée à la fois par ceux qui en sont les premières victimes, il est nécessaire de comprendre la subtilité de ses mécanismes avant de pouvoir prétendre s’en libérer. La modernité et le raffinement (jusqu’à la perversité quelquefois) de ces descriptions font de Kafka l’un des libérateurs de l’humanité dominée[1] »

Du 17 au 19 avril, Daniel Wolf et 12 comédiens tenteront de rendre compte de la théâtralité du texte de Kafka, Le Procès. C'est pour nous l'occasion de revenir sur un texte majeur du XXe siècle lors des prochaines publications.


[1] CASANOVA, Pascale. Kafka en colère. Paris : Le Seuil, 2011, 480p.

Aucun commentaire: