17/09/2015

LA NÉGATION DE L'EXISTENCE D'HÉLÊNE

Dans le texte de Wolf, on découvre, avec stupeur et en même temps que Cassandre, qu’Hélène – qui pourtant est la cause, le motif, le point de départ de la guerre entre les Grecs et les Troyens – n’existe pas, contrairement à ce que nous savons de la légende « officielle », dont nous retraçons ici les grandes lignes : fille de Zeus et de Léda, considérée comme la plus belle femme du monde, mariée à Ménélas, roi de Sparte, Hélène est enlevée par Pâris, fils d’Hécube et de Priam, qui l’emmène à Troie. Furieux de cet affront, Ménélas se rend auprès de son frère Agamemnon, le plus puissant roi de Grèce. Ensemble, ils montent une immense expédition pour aller à Troie, détruire la ville et récupérer Hélène. La guerre dure dix ans. Grâce à une ruse d’Ulysse, le Cheval de Troie, les Grecs parviennent finalement à s’emparer de la ville, qu’ils détruisent totalement.


Christa Wolf se dégage du récit homérique pour suivre une autre interprétation, moins connue, celle que suit Euripide dans sa tragédie Hélène et d’après laquelle Hélène ne serait jamais allée à Troie, mais en Égypte, où elle était gardée par le roi Protée. Pour expliquer la guerre de Troie, et la croyance générale que le rapt d’Hélène par Pâris en avait été la cause, Euripide suppose que Junon, irritée contre le ravisseur, au lieu de lui livrer la personne même d’Hélène, n’avait mis entre ses bras qu’un vain fantôme, un être aérien formé à sa ressemblance. L’invention n’en appartient pas à Euripide : le poète Stésichore, cité par Platon au livre IX de la République, avait avant lui montré le fantôme d’Hélène suivant Pâris à Troie. Hérodote, au livre II de son Histoire, rapporte également qu’Hélène n’était pas à Troie, mais bien en Égypte, lorsque la ville fut assiégée. 


Dans le texte de Wolf, pas de « deuxième Hélène » ni d’être « aérien » formé à sa ressemblance, on oscille entre deux possibilités : Hélène n’existerait pas (c’est ce que Pâris affirme à Cassandre), ou aurait été enlevée à Pâris par le roi d’Égypte. Dans la Cassandre de Wolf, la présence d’Hélène à Troie, la cause officielle de la guerre, est un mensonge destiné à masquer l’origine véritable du conflit : le désir des Grecs de s’emparer de l’or troyen et du détroit des Dardanelles.

Wolf va plus loin : en décrivant l’évolution de Troie avant et pendant la guerre, elle montre avec une précision redoutable comment on prépare les esprits à un conflit, puis comment on les influence, une fois que ce conflit a éclaté. Cette manipulation prend une double forme : la répression (l’œuvre du militaire Eumélos, un personnage inventé par l’auteure), et la propagande, qui vise à donner une image déformée de la réalité.

Hinde Kaddour

Aucun commentaire: